Les intégrateurs d'ERP

I. Rôle de l’intégrateur ERP

  1. Définition :

Le mot« intégrateur d’ERP» désigne soit les entreprises soit les ingénieurs qui intègrent les ERP dans une autre entreprise. C’est ce qu’on appelle solutions progiciels. Cela consiste à adapter des applications, des logiciels ou des progiciels aux besoins d’une entreprise.

Les intégrateurs d'ERP
Les intégrateurs d’ERP

II. Consulting

Consultant ERP : définition

Ce sont, en général, les SSII qui emploient des consultants ERP. En effet, en premier lieu, il doit obligatoirement maîtriser le fonctionnement du progiciel. En second lieu il doit connaître parfaitement les meilleurs pratiques (Best Practices) concernant les règles de gestion.

Consultant ERP : objectifs :

Il a de nombreux objectifs. Il doit :

  • Analyser les processus de gestion de l’entreprise
  • En faire l’audit
  • Choisir l’ERP adéquat en fonction de l’analyse et de l’audit
  • Conseiller l’entreprise du meilleur ERP qui lui convient
  • adapter l’ERP aux besoins du client au plus bref délai.

Consultant ERP : missions :

Une fois l’entreprise est d’accord, le consultant se charge de :

  • Refondre les processus : il adapte les processus à l’ERP,
  • Rédiger les cahiers des charges fonctionnels,
  • Rédiger un dossier de paramétrage,
  • Réalisation le paramétrage de l’ERP,
  • Préparer des tests pour valider les paramétrages,
  • Réaliser les recettes applicatives et,
  •  Valider les recettes applicatives.

Du reste, afin d’optimiser la qualité de la consultation ERP il faut réduire à néant le risque d’erreur. C’est pourquoi  on confie le travail d’intégration à deux consultants ERP distincts : l’un réalise le paramétrage, l’autre réalise les tests informatiques. On a, de ce fait, besoin de deux sortes de consultants : les consultants fonctionnels et les consultants techniques.

a. Les consultants ERP techniques :

Ils s’occupent d’une partie du projet. En général, leur travail consiste à :

  • Réaliser les développements spécifiques (si nécessaire),
  • Effectuer les paramétrages,
  • Documenter leur travail (en réalisant un dossier de paramétrage).

b. Les consultants ERP fonctionnels :

Ils coopèrent avec la MOA (Maîtrise d’Ouvrage) pour assurer l’assistance à la maîtrise d’ouvrage.

Ils s’occupent de :

  • La rédaction des cahiers des charges  fonctionnels (dossiers de conceptions),
  • La relecture du dossier de paramétrage,
  • La planification des tests,
  • La réalisation des tests,
  •  Suivis des tests.
  • La rédaction des fiches d’incident,
  • L’éventuelle correction des paramétrages (parfois) et
  • La validation de la recette.

III. L’intégrateur ERP indispensable à la réussite de votre transformation digitale

Pour optimiser la numérisation de l’entreprise, il est indispensable de recourir à un intégrateur ERP. Ce dernier promeut la société au niveau des techniques, de l’organisation et du budget.

Le profit technique :

Techniquement parlant, d’abord, l’intégrateur ERP supplante les doublons. Ensuite, ils épargnent à l’interface intégrée tout risque de lourdeur ou d’erreur. En plus, ils  recourent à une base de données commune.  En outre, ils assurent, en temps réel, et la mise à jour et la communication entre tous les modules.  Finalement, les audits sont plus efficaces puisqu’il devient possible d’accéder aux sources de toutes les données et de les analyser.

Le profit au niveau de l’organisation :

L’intégrateur ERP installe un ordre exemplaire quant à la gestion du produit et la gestion de ressources humaines (GRH). En premier lieu, en normalisant  les données de l’entreprise, les processus  sont  améliorés. Outre la réactivité, la productivité augmente. Ainsi, Les priorités stratégiques sont-elles plus facilement détectées. En deuxième lieu, la mise à jour en temps réel assure des tableaux de bord plus ponctuels, rend les salariés plus productifs et les rapports plus achevés. En troisième lieu, l’intégrateur ERP combine des modules. Grâce à cette caractéristique il est facile d’adapter des logiciels puisqu’on peut, sans difficulté, ajouter ou supprimer des applications. En sus, vu ses capacités prédictives il améliore la gestion des ressources : il peut, à titre d’exemple, prévoir la fin du stock. Enfin, si le client se trouve à l’étranger ou si l’entreprise est multinationale, l’intégrateur ERP assure une bonne communication entre le client et le fournisseur.

Profit budgétaire :

En matière de budget, grâce à cette organisation exemplaire expliquée ci-dessus, la gestion des informations financières est optimale. Effectivement, les délais sont réduits et les coûts des la gestion des informations baisse.

De surcroît, comme les bases de données sont communes et qu’il n’y a pas de doublons les coûts administratifs diminuent.

Enfin, un seul PGI se charge de plusieurs et parfois de tous les départements de la SSII de sorte que les coûts de formations sont réduits. Donc le retour sur investissement s’améliore.

En résumé quoi qu’on puisse dire à propos des l’intégrateur PGI, il demeure un savoir faire indispensable à l’essor digital de l’entreprise.

 

Categories: EAM, ESN